AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 spain-doldo (écrivain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
raphael
Centre national de transfusion
Centre national de transfusion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 210
Age : 29
Localisation : avignon (84)
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
race: vampire
spécialité: raideur
level:
85/300  (85/300)

MessageSujet: spain-doldo (écrivain)   Dim 25 Jan - 23:23


j'écris une histoire sur l'histoire de mon personnage spain-doldo à mes heures perdues toute les semianes je vous livrerais un nouveaux jours.
dite moi se que vous en pensée dans la plus grand franchise. mais faite attention aux faute d'orthographe.
SPAIN DOLDO
L’être parfait



Le 1er jour :
Mes yeux s’ouvraient devant la fenêtre. C’était une matinée nuage, qui m’attendait. Je me levais et puis j’enfilais mes vêtements. Le réveille annonçait 7heurs. Je marchais vers la cuisine pour me faire un petit déjeuner. Après la 2ème tartine ma mère arrive, et se pose devant moi.
- Alors mon petit, tu vas bien, dit-elle en me regardant.
- Oui, je vais bien, n’oublie pas de m’accompagner aux tennis, que je lui répondis.
Elle se tue et pris son petit déjeuné. Dés que j’avais fini, je préparais mon repas pour le midi.
Le tennis était mon activité du week-end. Je m’entrainais dans le club officiel de Lyon.
Le club possède 4 stades :
- 1 stade de terre battue.
- 1 stade de pelouse
- 1 stade a surface lisse
- 1 stade d’échauffement
Aujourd’hui ils vont sélectionnes le meilleur joueur, qui va les représentés pour le tournoi national de France.
Me voilât habiller en plein forme pour affrontais mes adversaires. L’entraineur commence par une série d’exercice pour nous échauffait. Cela se poursuit par des échanges pour une bonne mise en jeu. Il s’achève par une révision des coups.
Il vient midi et sa pose déjeuner. C’est alors que je sortie de mon sac à dos le sandwich. A prés ils restaient une heure pour digérer.
14 heures le tournoi commence, il se déroule en 3 manches.
Un tournoie sur terre battue, qui désignera le meilleur, puis un tournoi sur pelouse et sur surface lisse déterminera les 2 autres.
La terre battue était mon terrain de prédilection. Car j’arrivais à tourner le match en ma faveur grâce mes amortie, qui était amplifier parle contacte avec la terre. Parce qu’elle absorbe l’énergie.
Le schelling commence par un math entre Raphael Morgan et Maxime Rader. J’allais affronter Maxime, mon meilleur ami.
Il commença fort car de suit il essaya d’imposé son jeu tout en puissance. Moi je place quelque amortie, qui son à chaque fois gagnant.
Le premier set fût remporté par Maxime, car son service le bien aidé à prendre l’avantage. Le deuxième set je décidais de mettre plus d’amortie, cela eut pour effet de déstabilisait Maxime. Incise je remporte le set et même le troisième. Le quatrième set était décisif pour moi. Il fallait à tous pris que je le gagne. Mais mon adversaire avait trouvé la parade contre mes amortis. Cela me nous compliquait l’affaire. On arrivait au jeu décisif, qui tourna en ma faveur avec un peut de chance car par quatre fois la balle touche le filet et retombe de l’autre coté. Je men excusait au prés de Maxime.
Les autres matches fur une vrais partis de plaisir. Sauf le final qui m’opposais à John Deo, le meilleur élève. Sa stratégie était d’épuisé l’adversaire en lui renvoyant la balle toujours à l’opposé. Ca tactique lui a parmi de remporté les deux premiers sets. Le troisième set se déroulait comme les autres. On arrivait à 4-0, en faveur de John. J’étais épuisé, mon front était devenu une vrai fontaine, je n’arrivais plus à réfléchir.


Puis tout à coups une énergie bizarre m’arrivais, elle me fit retrouvais mas force même plus et éclaircie mes idées. Je frappé avec un nouveaux tonus. Mon jeux se trouvas plus violant, plus intense avec des amortie décisif. J’avais réussie à gagner se set 5-7. Les autres sets se gagnaient de la même manière. Le match s’était passé comme ça :
6-1 ; 6-0 ; 5-7 ; 4-6 ; 0-6. L’entraineur m’inscrit comme meilleur joueur sur terrain de terre battue, et les autres à être là le samedi prochain pour le tournoi sur pelouse. Qui se déroulera sans moi vue, que je suis déjà qualifié. Ma mère me ramène, je m’endormie dans la voiture. Je ne pris même pas le repas du soir, tellement j’étais fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
http://raf1837.skyrock.com/
raphael
Centre national de transfusion
Centre national de transfusion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 210
Age : 29
Localisation : avignon (84)
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
race: vampire
spécialité: raideur
level:
85/300  (85/300)

MessageSujet: Re: spain-doldo (écrivain)   Lun 9 Fév - 22:58

Le 2ème jour :

Je me réveille plus tard, sous le coup de 8 heures. J’avais quand même le temps pour regarder mes séries préférées à la télé. Après la télé j’attaque des révisions pour les cours de la semaine. Ces cours mon rappelais la journée d’hier avec ce drôle d’énergie. Je me demandé bien ce que c’était, car elle ne venait pas de moi. Puisqu’il ne me restait plus de force. Mon père se lève et va déjeuner. Je le suivie pour lui dire bonjour, mais quand il prit le journal et, que je vis dans la rubrique fait divers :<< trois astéroïdes mobile>>. Je décidais alors de changé mon discoure :

- bonjour papa, tu peux me passé ton journal ?

- Oui, mon fils dit-il à moitié endormie.

Je le pris et m’attarde sur les trois météorites. L’article racontait que trois météores avaient traversé l’atmosphère et, que selon certains témoignages ils auraient changés de trajectoire pour en fin disparaitre. Le premier disparut vers New York le deuxième vers Lyon et le troisième vers Tokyo.

Mon père m’interpela :

- C’est bon, tu as finis de le lire.

- Oui, je lui répondis

Je réfléchi pendant quelque minute. Il me vient une idée. Mon hypothèse était que l’énergie venait des météores. Mais pour commencer il fallait que je maitrise cette énergie. Alors je pris mon vélo et je me dirigé vers le stade de foot. Je m’amusais à tirer de toute ma puissante sur mur, qui fessait les bordures du stade. Je le fessais en en espérant voire réagir la force. Elle ne mit pas longtemps à se manifesté juste 15 tire on suffit. Je constatais une forte contraction des muscles. Je continuais a frappé et la une sorte de fumer noir sortie de ma cuise.

Quand mon pied touché le ballon, il s’est éclaté contre le mur et le ballon, a dégonflé surplace. J’arrêtais de suite les tires et je pris mon vélo. Mais à peine avais je fais quelque tours de pédale que la fumé sort de nouveau. Cela me fit doubler ma vitesse. Je réussis à arriver en freinant sans casser les freins. Mais par contre j’étais à deux dois de tomber en avant. Je réussis à rentrer pour manger. Cela tombait bien car la faim me prenait le ventre. Mon assiette était toujours vide tellement je mangeais vite, même je pris des fruits, des légumes et du fromage alors que normalement je n’en prenais pas. Une fois le repas finit. Je m’assis sur mon lit et la des milliers de questions m’envahi. Déjà je supposais que mes pouvoirs veiner des cet astéroïdes. J’avis envie de dire tous à mes parents ils ne m’auraient pas cru et il n’aurait envoyé voir des docteurs pour me manipuler et faire des expériences. Je voulais garder sa pour moi, et surtout être comme les supers héros. Il fallait à tous prix que j’en sache plus sur comment sa marchais. Alors j’essaye d’appeler mes pouvoirs par la volonté. Le premier essaye fut nul. Je fermé les yeux, fait le vide dans ma tête et la je respire un bon coup, et je les ouvris et la je vis deux trous dans l’armoire accoté de mon lit. J’attendis une personne monté je pensais que s’étais ma mère.























Quand elle ouvrit la porte je vu que s’étais elle. Ma mère me dit :

- Qu’est qui s’est passé ?

- Rien, je médite.

Puis on entendit la sonnette de la porte. Je me précipite vers la porte ne laissant pas l’occasion à ma mère de continu la conversation. J’ouvris la porte et la je vue une déesse. Elle était blonde aux yeux bleus, avec des atouts non négligeables. C’est la qu’elle me dit :

- bonjour je m’appelle Noémie Xanien, pardonnais moi, est ce que je suis bien chez la famille Morgan.

Je me secouais la tête pour reprendre mes esprits et lui répondis :

- Oui !

Elle reprit :

- Parce que j’organise une fête pour mon entré en 1er S, et j’invite toute la classe.



Je réplique :

- Merci ! C’est très gentil, je viendrai.

Elle partie dans une voiture blanche. Je pris le carton à deux mains et me dirigé vers ma mère, tous en l’appelant. Elle arrivât en courant :

- C’était qui ?

- C’était Noémie une fille de ma classe, elle organise une fête pour sa rentré en 1er S.

- C’est quand ?

Je maintiens le carton devant moi et je lis :

- C’est se soir à partir de 20 heurs.

- Et sa se fini a quelle heure ?

- Il est écrit que sa se finira à 22 heures. Alors maman, je peux y aller ?

- Bon d’accord je t’emmène.

Pendant le repas du soir ma mère annonce à papa l’invitation.

Mon était pour la fête, mais il voulait que sa sois lui qui me ramène. Une fois le cas croute fini, ma mère me transporte au lieu indiqué par la carte.

On arrive dans une maison avec un style 18ème siècle, devant il avait deux grands allés d’arbres. On entre dans la demeure et la on vie que 5 personnes dans la salle, alors que ma classe en compté 33 élèves. Noémie était seul sans parent se qui fit réagir ma mère :

- Raphaël si tu t’ennui ou que quelque chose te paré louche tu nous appelle et on vient te cherché. Ma mère partie avec la peur dans le visage.

Je me dirige vers Noémie en fessant mine de rien. Elle parlait tous seul :

- pourquoi ils ne sont pas venus ?

Je fais un petit bruit grave avec ma gorge.

- Hum ! Hum ! Salut Noémie sa va bien ?

- Non sa ne va pas !

- Mais ils ne sont pas tous arrivais !

- Si malheureusement, dit-elle avec une larme sur la joue

- Ils sont où tes parents ?

- Ils arrivent à 22 heurs.

Un invité s’enlève de la piste de dance et se dirige vers nous. Il s’arrête et regard l’organisatrice de la soirée

- Et venais voie (les trois personnes le rejoint) regarder cette fille de bourge, qui s’est aperçu que sa fête était un vrai fiasco. Bon aller on s’en va.







Voilât il ne restait plus que moi et Noémie, qui maintenant s’était effondré. Je lui mis mon bras autours de coup et en essayant de rapproché sa tête de mes épaules. C’est la qu’elle dit :

- Merci Raphaël, mais si tu t’ennui tu peux partir.

J’en lève mon bras et je la regarde bizarrement, pour bien lui faire comprendre que je ne m’ennuyais pas. C’est alors quand une seul second elle prit ma tête et l’amenât jusqu'à ces lèvres. Elle m’embrasse sur la bouche. Moi je fermais les yeux pour savourais se moment de pur plaisir. Mais il y eu un noir brutal et la seul chose que je me souviens et d’un bruit << PAN >>.



Après quelque minute je réussis à ouvrir les yeux. C’est alors que je me rendis compte, que les yeux étaient la seule chose que je commandais. Je les bougeais un peut, et très vite je m’aperçu que j’avais la tête à longé sur le fauteuil. Là une substance visqueuse noire me recouvrit les mains. Mon corps se lève de son support. L’horreur Noémie avait une arme dans les mains. Comment cela pouvait être possible ! Ma bouche incontrôlable articula :

- tu vas mourir !

Puis un poing fermer se dirige vers elle. Le point d’impacte fût sa joue. Un autre poing heurta les dents. Elle fût propulsait 5m plus loin. Mon squelette saut tous en unissant les deux mains pour les écrasais sur Noémie.

Sous le choque la peau de mon adversaire se craquelle pour laissait apparaître sa vrais nature. Elle était un robot de haute technologie. Le sol s’était craquelais sous le choc. La machine riposte avec un uppercut. Il recule en fessant une pirouette ; il riposta en sautant sur elle. C’est la que Noémie évolue en un robot tous bleu avec des épines, qui sorte des coudes, du dos et du talon. La mutation provoqua une onde de choc, qui nous expulsait de la maison. C’est que mon corps prit la même apparence mais en noir. Je le voyais grâce aux morceaux de vitre parterre. On était face à face, après deux secondes de vise à vis. On se dirigeait vers elle. On lui porte des coups qu’elle esquive. Et Noémie essayait à son tour de porté le danger, mais nous en profitons pour lui prendre le bras, et la plaquée au sol. On enchaine par un écrasement pied et main. Là son torse s’ouvre pour faire apparaitre un rayon, qui nous fit heurtait un arbre. La maison fût soufflée par la puissance. Elle se dirigé vers nous, on l’arrêtât avec le pied droit et avec la gauche on la projeté en l’aire et on finit par le rayon thoracique. On la prit d’une main en plein vol. Noémie ouvre sa bouche et la un second temps more.
Revenir en haut Aller en bas
http://raf1837.skyrock.com/
raphael
Centre national de transfusion
Centre national de transfusion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 210
Age : 29
Localisation : avignon (84)
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
race: vampire
spécialité: raideur
level:
85/300  (85/300)

MessageSujet: Re: spain-doldo (écrivain)   Dim 22 Fév - 15:26




Le 3ème jour :
Je me réveille et je reçois une baffe d'un médecin :
- A il s'est réveiller.
Je regard vite fait, si j'avais le control de tous mon corps, tous était OK !
- Qu'est ce qui c'est passé ?
Je ne comprenais rien de se qu'il disait. J'étais à moitié dans les vapes.
- Qu'est ce qui c'est passé ? répéta le médecin.
La j'avais compris et donc, j'enchainais sur :
- Vous voulez parler de hier soir.
Il me fallait faire durée la conversation pour m'inventé une histoire.
- Oui je veux parler de hier soir car Noémie était ma fille. Alors il s'est passé quoi ?
Je n'étais pas dans l'embarra.
- il y a eu une explosion.
Je le regardé dans les yeux pour savoir s'il y croyait
- Et Noémie elle était ou au moment de l'explosion.
Je vais le rassurer avec un autre petit mensonge.
- elle avait disparus bien avant l'explosion, elle était partie dans la cuisine cherchée le gâteau.
- Ah ! fit le docteur rassuré... je vais rassurer tes parents.
J'allais encor devoir mentir à mes parents. Qu'elle journée cela annoncé.
Les parents firent ouvrir en une seconde la porte. Ils avaient la chance de manquer l'infirmière, qui se dirigé vers la porté.
La j'allais adopter une nouvelle stratégie. S'est moi qui vais posais des questions. Avant il fallait faire le traditionnel enlacement dans les bras. Mais mes parents étaient à deux doits de tuer leur fil dans leur étreinte. Je ne leur laissais pas le temps de parler :
- alors...
- hum !
Un flic m'avait coupé la parole :
- pardonné moi, mais d'abrégé les retrouvailles mais je dois interroger monsieur Raphaël Morgan.
Les gens se retirent et mon père était les derniers, car il contenait sa rage. Le policier reprit :
- je veux savoir qui était avec toi dans la soirée ?
Je ne pouvais pas leur dire la vérité, je devais continuer dans mes mensonges.
- je savais qu'il avait Noémie mais le reste je ne l'est connais pas. Car il y a un problème Noémie Xanien a disparut, et que vous êtes le seul à l'avoir vue avant sa disparition.
- D'après le père, Noémie n'avait invité que classe À de 1er S.
- Oui peut être mais je suis nouveau moi, je ne connais personne dans la classe.
- Vous étiez combien dans cette fête.
- On était 6 je crois, enfin je n'en est vue que 6.
- Tu te souviendrais d'eux si je te montre des photos.
Les photos que je regardé ne ressembler en rien aux gens présent a la fête
- Je sui désolé mais aucun ne me dit quelque chose.
- Et une dernière question.
J'étais soulagé qu'il dise ça.
- Savez vous se qui a pulvérisé la maison des Xanien.
- Non je ne sais pas.


Il partie avec un dernier mot << on se révérât >>. De suite, après avoir franchie la porte, mon parent était apparut. Et il enchainait sur :
- tu vas bien mon fils, dit ma mère soulagée.
- Tu vas le laisser, tu ne vois pas qu'il est fatigué. Puis tu n'aurais jamais dut le laissais, répliqua mon père.
Mes parent se renvoie la balle cela étais parfait, ainsi car j'évite de leur mentir.

Les parents continué à parler :
- écoute Jean Claude c'est vrai que j'avais des sentiments bizarres sur cette soirée, mais je ne pouvais pas le ramener sous prêtes que cela santé mauvaise. Il avait son portable sur lui. Expliqua ma mère.
- Mais tu crois qu'avec une explosion on a le temps de saisir son portable. S'exclama mon père. Hum ! bon ! moi cela m'énerve.
Pendant que mes parents se renvoyer la faute. Moie j'essayais de me levés. Mais ma mère repère mon déplacement et s'oppose. Elle ajoute qu'il était quatre heures du matin. Ceci ne me fît pas renoncé à me lever, parce que je voulais rendre chez moi. Cela fut possible finalement avec l'accord du thérapeute. En arrivant devant ma maison la faim me prit l'estomac. Une faim qui me fessait voir ma chienne comme une belle entre cote. On entre et je me prépare mon petit déjeuner, qui pour l'occasion c'était transformé en déjeuner. Car il resté plus rien dans le frigo. Alors ma mère a dut aller faire les courses pour pouvoir manger à midi. C'est à ce moment la que je me pose des questionnes, qui me font pensée à hier.
Une fois de retour, j'essayais sur mon lit une autre manipulation de mon pouvoir. Je fermais les yeux et avec ma pensé je concentrais toute l'énergie dans mes mains. Mais cela n'a pas marché comme je l'espérais. Parce que une fois que j'ai ouvert les yeux. Je vis du liquide qui avait envahi mes membres, il avait amené avec lui mon sang. Une douleur atroce me submerge. La masse noir continue a s'écoulé et moi à perdre mon sang. Je m'empêchais de crier ma douleur. Puis d'un seul coup s'est mon ventre qui s'ouvre pour une cascade de sang et de matie noir. C'est à ce moment que je sentie perdre connaissance. Mais une fois dans le cousin, je vis trouble, mais arrivais à distingué que la cascade avait laissé place à une femme, qui était poser sur moi. Mes yeux se ferment sur ses dernières images. Mais le souffle de vie m'avait fait reprendre conscience.
La fille était belle avec sa robe noire, qui était en harmonie avec ces cheveux. Le plus surprenant était la disparition de mon sang.
Elle commence :
- bonjour sa va !
Mais bien sur, je vais bien tu viens de me vidé de tous mon sang !c'est la qu'on sera conte que les demoiselles sont très connes. Elle continue
- je nomme Safira Mortie
Tu vas me laisser reprendre mon souffle.
- on t'a coupé la langue ! hein !
Non tu viens de me couper la circulation sanguine.
- bon je vais tous t'expliquer. Je suis l'origine du pouvoir que tu as maintenant depuis trois jours. Je suis venu par les trois astéroïdes. Je viens ici pour fuir ma planète. On va dire que je suis un refugier politique bon tu arrive à parler ?




Enfin elle devient intelligeant, elle m'explique qui elle est. A je sens que je peux parler.je pris une grand respiration :
- Oui ! ... pourquoi ta planète est commandée par un dictateur.
- Oui c'est ça !
- Mais pourquoi tu n'es pas apparut avant ?
- Dison qu'il me fallait reprendre des forces.
- Mais j'aimerais bien savoir se qui sais passer dimanche ?
- Tu veux parler du combat avec Noémie. Bien j'ai réunie mes dernières forces pour la battre.
- Non je veux savoir pourquoi elle a essayait de me tuer.
- Elle voulait te tuer, en te tirant dessue, parce que tu représenté une menace pour elle vue qu'il y avait moi.
- Mais c'est qui ?
- tu poses beaucoup de question. C'est une extraterrestre, qui fait partie du peuple Xanien. Enfaite Noémie est Zena Xanien la reine des Xanien. Il y a quelque temps, ils sont subits une lourde défaite contre les Mages, et je pense qu'ils ont voulut se vengeais sur vous.
- Humm !
- Chute !
Elle se rapproche de moi et m'embrasse sur la bouche. Puis elle introduit sa langue dans ma bouche. Je la repousse même si j'aimé ça.
- Tu me fais quoi la.
- J'exprime mes sentiments.
- Je te signal que tu es toi aussi une extraterrestre. Je ne sais pas se que pourrais faire notre alliance.
- De toute façon j'ai déjà exploré tous ton corps.
- Tu es une vicieuse ! Oui mais maintenant tu vas plus l'être.
- On ne peut pas vivre l'un sans l'autre.
- Ce n'est pas du jeu. Mais tu sais quoi sur moi !
- Je sais tous se que tu sais, et même se que tu pense.
- Et ! Ma vie privée.
- De toute façon tu veux que je le raconte à qui.
- Oui mais quand même. Tu ne pouvais pas tomber sur quelque d'autre.
- Moi je trouve que je suis bien tombé.
- Oui mais avant de montré ses sentiments on doit connaître l'autre.
- Mais je te connais.
- Oui mais moi je ne te connais pas.
- Oui mais mon histoire est long
- Et alors la mienne aussi.
- Oui mais on na pas tous le temps devant nous. Car Noémie n'est peut être pas venus tous seul.
- Ah ! Oui ! à propos de Noémie qu'est ce qu'elle devenus
- Ne t'inquiète pas la ou elle est personne ne la trouveras.
- Oui ! mais cela.................. (elle mit ses doits sur ma bouche)
La ma mère ouvre la porte je regardé heureusement, Noémie avais disparut. Elle début par :
- Mais tu fessais quoi ?
- Et toi pourquoi tu es venu ?
- Je suis venu juste t'avertir que demain tu reprends les cours donc réveille à six heurs du matin. Et maintenant à toi.
- Moi j'étais entrain de pensée.
- Bon tu viens vite manger ses l'heure.
Je descendis l'escalier qui donne à gauche pour la cuisine et à droite pour le salon. Mère appelée mon père. Je m'installe à table avec ma famille.

Revenir en haut Aller en bas
http://raf1837.skyrock.com/
raphael
Centre national de transfusion
Centre national de transfusion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 210
Age : 29
Localisation : avignon (84)
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
race: vampire
spécialité: raideur
level:
85/300  (85/300)

MessageSujet: Re: spain-doldo (écrivain)   Dim 22 Fév - 15:26


Ma mère est Marie Morgan ces parents était Italien et agriculteur. Son père était Raffaël Albanese et sa femme Philomène. Marie était la première, elle avait une enfance commandé par son for caractère et par sa mère qui se fessait battre par son Mari. Elle a fait des études de comptabilité, mais elle a eu des problèmes avec la première Bank, qui l'avait employé. Maintenant elle est toujours sans travail. C'est une femme qui exagère beaucoup de chose. Elle est très mère protecteur, qui a oublié son mari. Elle donne des responsabilités à ses enfants de manière irrégulière. Mais on lui pardonne tous ses travers car elle est juste, gentil et intelligeant.

Mon père est Jean Claude Morgan ces parents était Français et ébéniste. Il était devenu ébéniste mais pas à son conte (trop risqué). Il a un problème, il change de métier comme de chemise. Son père était Michel Morgan était un homme à l'idée cassant come son humour. Sa femme Bénie est une femme profondément hypocrite, qui se cache devant l'église pour faire s'est connerie. Son enfance c'est passé sous l'esclavage de son père. Mais il était le premier enfant de la famille. Il a grandie sans vraiment savoir qu'il était ni se qu'il allait devenir. Son caractère bon, gentil, tolérant et impulsif, la poussait à s'oublier au profit des autres. Cela est dommage car cette une personne unique.

Ma famille est un paradoxe car les parents de ma mère voulaient un garçon et les parents de mon père voulaient une fille.
Moi je ressemble à mon père avec le caractère des deux, mais dominance Jean Claude.

Ma Mère prend la télécommande et allume la télé. Les publicités venaient juste de fini et il commencer les informations. Les présentateurs s'attardent sur l'accident de la nuit dernière. Noémie Xanien était la fille du nouveau médecin de Lyon, Edouard Xanien qui est marier Cassandra Xanien. Il ajoute Que Noémie aurait disparut après l'explosion de la maison. L'habitation qu'il montré était complètement soufflé de l'intérieur comme si tornade avait eu lieu en son seins, avec un cercle noir au centre. Ensuite le présentateur passe à un autre article.
Maman commence la conversation :
- C'est la fille avec qui tu étais hier ?
- Oui ! je redouté les autres questions.
- Ah ! Mon avis ils vont encore te posé des questions ?
- Tu es sûr !
- Oui ! Peut être même que tu vas être leur principal suspect, vu que tu es le dernier à l'avoir vue. Mais bon tu n'as rien à te reprocher ?
J'avais le regard figé, tous mon corps était immobile devant cette déclaration. Je fais vibré ma tête et répond.
- Oui !
Dés le repas fini, je monte dans ma chambre et la mon téléphone portable sonne :
- Allo !
- Oui, c'est Maxime.
- Ah ! Comment tu vas ?
- Je vais bien et toi ?
- Je vais mal, car j'étais dans l'explosion de la maison Xanien.
- Il s'est passé quoi ?
- C'est compliqué !
- Tu racontes ça au flic, mais pas à moi.
- D'accord je t'expliquerais tous demain à sept heures dans la cour.
- A sept heures tu es fou ou quoi !
- Arrête d'être fenian ! C'est sérieux !
- Pourquoi il t'est arrivé quoi ?
- Tu ne me croyais pas si je te le disais.
- Ca doit être énorme, il manquerait plus que tu as des pouvoirs.
- Tu ne crois pas si bien dire.
- Quoi tu as des pourvoir ! Ce n'est pas une blague ! Putain on se croyait dans un film.
- Oh !tu te calme ! Je dois me calmer pour les exprimés car les flics son sur moi depuis l'explosion de la maison. Mais tu ferme te gueules.
- Oh ! je suis ton meilleur ami ou quoi !
- Oui quand tu vas voir mes pouvoirs, mais je ne sais pas comment tu vas réagir.
- Je sais me métriser, dit oh !
- Bon il se fait tard, je suis fatigué.
- Demain Raf tu assures.
- Oui bon allé chao !
- Chao !
Le téléphone une fois dans ma poche, je m'exerce car il fallait que j'assure. Alors j'imagine de l'argent, ensuite j'ouvre mes mains et là rien. La je vis Safira a accoté de moi avec une liasse. Elle les contes il y avait 500€. Elle me donne les billets, je n'en revenais pas. Mais Safira me regard d'un aire négatif.
- Il faut que l'on parle de Maxime et se que tu compte faire des mes pouvoirs, devant lui et devant les gens. Car il est hors de question que tu parles de moi et que tu lui montres tout notre potentiel. Je ne veux pas utiliser mes pouvoirs pour ton intérêt personnel. Tu as bien comprit.
- Oui ! S'était la première foi que je voyer une fille aussi énerver.
- Tu es sur qu'on peut lui faire confiance.
- C'est un homme de parole.
- Oui comme toi et des la première occasion on fait apparaître de l'argent.
- L'argent s'était juste pour un exercice.
- Non mes arrêtes de cherché des excuses, tu deviens bidon. Tu avais raison je n'aurais pas du tomber sur toi.
- Ecoute je n'arriverais pas supporté les mensonges tous seul. Il faut qu'il y soit une personne pour me soutenir et pour confirmer les mensonges.
- Oui ! Ok ! je vois. Il a intérêt à être ton meilleur ami.
- Oui s'est mon meilleur ami. Je lui fais confiance, il sait déjà des secrets sur moi.
- Pardonne moi, mais pour moi sa vas trop vite.
- C'est toi qui dis ça ! Je te signal que tu ma embrassé des ta première sortie...il ne faut pas te faire de soucie je vais bien utiliser tes pouvoirs. Si tu me dis sur eux.
- Oui ! la seule chose qui annule mes pourvoir c'est l'eau.
- Si non je peux tout faire avec tes pouvoirs ?
- Oui ! il suffit juste que tu l'imagines pour que je le fasse.
Je m'allonge accoter d'elle, en imaginant tout se que je pouvais faire.
Safira reprit la parole :
- Raphaël arrêtes pensé car au tu pense au sa va se faire. Après il faut en assumais les conséquences.
- Ok ! mais il serrât difficile de limité mon imagination.
- Si tu veux pour t'aider il y a les flics en bas dans la voiture grise.
Je regard à travers la vitre. Il y a une voiture avec deux personnes qui regard dans ma direction. Je change de conversation :
- tu as des parents ?
- Heim ! Euh ! Oui !
- Ils vont venir ?
- ça fait longtemps qu'ils m'ont laissé seul.
- Tu veux dire quoi ?
- C'est compliqué !
- On a tous le temps devant nous.
- Il vaut mieux que tu laisses tomber.
- D'accord ! Mais tu conte faire quoi ici ?
- Vivre ici, et améliorer la vie ici.
Elle se plante devant la vitre, d'une aire pensive. Un silence s'installe et on entendit le bruit des chaussures, qui monté dans notre direction. Mais à peine la peur m'avait envahie que Safira avait disparut. Un toc retenti de la porte.
- J'ai reçus les cours par internet tu les veux.
- Oui !
Elle ouvre la porte, elle me les mes sur mon bureau.
- merci, maman !
Je me dirige vers les feuilles et je commence à lés lires. Il n'y avait pas grand-chose vue que s'était le premier jour. Après quelque minute ma mère m'appelle pour le repas du soir. Mon père était revenu de son travail.
- alors mon fils, tu racontes quoi de bon.
- Rien, et toi Papa ?
- Oh ! tu sais travailler dans la construction d'une maison. Ce n'est pas toujours rose surtout quand on nous vole les matériels. Mais bon demain est un autre jour.
Il s'arrête à la vue du repas que ma mère pose sur le dessous de plat. Il commence à manger avec l'appétit d'un affamer. Moi contrairement a se qui m'arrivait depuis quelque jours, je n'avais pas faim, sans faim j'ai mangé jusqu'au plat de résistance. D'ailleurs ma mère fut surprise de se retour à la normal. Je retourne dans ma chambre pour être tranquille devant la télé. Le soir la, avait un documentaire sur les trous noirs. Safira le regarde avec moi, enfin elle dormait accoté de moi ! Mais moi aussi le sommeil me pris juste après, que j'éteigne la télé.
Après quelque minute les yeux fermer j'entendis des voies. Je n'arrivais pas à leurs sens. Quand tout à coups je me retrouve dans une salle noir, était à l'autre bout on pouvait distinguer Noémie et Zafira, qui se disaient :
- Où son les autres Xanien, dit Safira en giflant Noémie.
- Jamais je ne te le dirais.
- Mais de toute façon ta garde personnel va vouloir de délivrer et même qui sais peut être même tes lieutenantes.
- Il y a un truc que je ne comprends pas, c'est pourquoi. Tu es là ?
- Pourquoi ! je suis La mort déesse de la planète noir fille du vide, envoiler ici par HISTOIRIO pour faire l'être parfait. Oui ! Mais alors pourquoi notre arriver entache votre mission.
- HISTOIRIO veut installer son peuple ici sur la planète terre, de plus HISTOIRIO est contre votre vengeance !
C'est la que j'entre en scène :
- Qu'est ce qui se passe ?
- Il se passe rien ! dit Safira toute estomaqué.
- Quoi la mort tu ne lui a pas dit ! ricane Noémie.

Zafira se retourne et lui mes un rover qui lui déboite la tête. Elle ajoute :
- tais toi Xanien qui veut envahir la planète terre.
- tu la mis là !dis je.
- Oui et alors !
- De quoi vous parlez ?
- Tu as écouté la conversation !
- Oui !
- Bon je vais tous te dire.
- Dit lui que l'humanité va mourir ! s'exclama Noémie.
- Oui je tes mentie, en vrais je suis La Mort et j'ai été envoyer ici pour faire l'être parfait.
- Dit lui que l'être parfait va tuer l'humanité pour installer la population d'HISTOIRIO.
- C'est la vérité se qu'elle dit, dis je estomaqué
- Oui ! répondit Noémie
Revenir en haut Aller en bas
http://raf1837.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: spain-doldo (écrivain)   

Revenir en haut Aller en bas
 
spain-doldo (écrivain)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let me introduce you Xango from Spain
» Fruitis (Comics Spain) 1990
» Greetings from Spain
» Quel est votre écrivain préféré ?
» No Peace without Spain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Clan des EDVP :: Divertissement :: Arts-
Sauter vers: